Déclaration de politique Sociale 2019-2024 ?>

Déclaration de politique Sociale 2019-2024

Le CPAS au cœur du dispositif d’aide et d’action sociale

En ces temps de crise économique, l’action sociale reste une priorité absolue.

Une politique active de (ré)insertion sociale sera opérée afin de permettre au bénéficiaire de l’aide sociale, de (re)trouver sa place dans la vie sociale et professionnelle. Les actions menées seront adaptées à chaque situation. Nous ferons appel aux divers partenaires existant sur notre entité et nous développerons une politique globale de formation en synergie avec nos partenaires, tels que l’ADL, les EFT. Le tout sera concrétisé dans un PST (Plan Stratégique Transversal).

Le CPAS est au cœur des politiques à mettre en œuvre en la matière. Il dispose des leviers de la politique sociale. Il tentera d’être le plus efficace possible sur le terrain, tout en tenant compte des contraintes budgétaires. A cet effet, même si l’ensemble des services en place ont leur utilité, si nécessaire, un recentrage sur les missions principales sera opéré.  C’est ainsi que certaines missions actuellement accomplies par le CPAS, pourraient être confiées à d’autres partenaires afin de mieux se concentrer sur la mission principale qui est l’aide aux personnes en difficultés.

A cet égard, il s’agira de continuer, voire de développer, le travail déjà mis en place pendant la législature précédente, qui, rappelons-le, vise à permettre à toute personne et à toute famille de vivre dans des conditions respectueuses de la dignité humaine, conformément à l’article 1er de la loi organique.

Le CPAS continuera a mettre à la disposition des usagers, les services tels que diverses guidances financière, énergétique, … ainsi que la médiation de dettes, et autres services tels que la permanence juridique, … . Durant cette mandature, il s’agira de développer encore plus l’aide au travers du concept d’accompagnateur pour personnes en difficulté, notamment par le développement, via divers partenariats, de programmes de réinsertion socio-professionnelle.

Nous serons attentifs à informer le public sur des services que le CPAS propose et ce notamment par le biais du site du CPAS, par le périodique « La Passerelle » diffusé par la Commune et par tous les moyens de communication adéquats.

Une attention particulière sera réservée aux personnes âgées à faible revenu et/ou victimes d’un handicap ou d’une maladie. Une des missions de base du CPAS sera le maintien à domicile les aînés. Pour ce, nous veillerons à ce que ceux-ci puissent continuer à bénéficier des services de distribution de repas, des services d’aide ménagère et de dépannage à domicile et de la mise en œuvre de toute aide appropriée. Ces divers services seront développés, soit en interne, soit par la recherche de partenaires, dans une perspective de rapport qualité/prix abordable.

L’aide et l’encadrement des personnes, en particulier le public fragilisé, dans les démarches administratives seront renforcés afin de mieux leur permettre de préserver leurs droits.

En matière de logement public, les projets mis en place seront finalisés. L’opportunités d’accroître le parc de logement public intergénérationnel devra cependant faire l’objet de concertation ainsi que d’une étude sur son impact budgétaire avant toute décision.

Par ailleurs nous développerons une synergie accrue avec les autres opérateurs de logements publics tels que AIS, associations, sociétés de logements et investisseurs privés. Néanmoins, la préoccupation de disposer d’une manière ou d’une autre de logements afin de permettre aux familles dans le besoin de se loger correctement et sainement dans des bâtiments bien isolés et en déboursant un loyer en rapport avec leurs revenus, sera poursuivie.

L’accueil et la gestion des ILA sera poursuivi et ce conformément aux dispositions légales.

La promotion et le développement de projets d’économie sociale ouvriront une opportunité de mettre en place l’exploitation des ressources déjà existantes.

Au niveau des crèches, les efforts entrepris pendant la précédente législature seront poursuivis notamment dans le cadre de la création d’une nouvelle crèche sur l’ancien site dit « Brichart » à Walcourt et le transfert de la MCAE (Maison Communale d’accueil de l’enfance) actuelle de Walcourt vers Thy-le-Château.

Une synergie sera mise en place avec les divers services, l’ONE et tous les acteurs œuvrant dans la petite enfance. Il convient que tous les acteurs œuvrant dans ce secteur d’activité soient parfaitement identifiés.

D’une manière générale, nous développerons au maximum les synergies possibles avec la commune et les autres partenaires que nous côtoyons.

S’agissant des bénéficiaires de l’action sociale, l’objectif sera de les responsabiliser, de leur demander de faire preuve de bonne volonté et de s’investir pour tenter de sortir de leurs difficultés existentielles. Ce n’est qu’en les aidant à s’émanciper de l’aide sociale, que nous pourrons remplir pleinement notre rôle.

Toutes ces actions nécessitent, d’une part, un travail important des travailleurs du CPAS, mais aussi d’autre part un investissement des bénéficiaires sociaux dans ces démarches proactives, notamment par la mise en place d’une pédagogie adaptée.

Des procédures d’analyse des dossiers seront mises en place afin de mieux objectiver les décisions prises et d’en assurer un meilleur suivi, le tout notamment dans un souci d’équité plus grande dans le traitement des aides individuelles.

Quant au personnel du CPAS qui doit faire face à une charge de travail toujours plus importante, les effectifs doivent être maintenus et si nécessaire être étayés afin de permettre à chacun de remplir sa mission de manière optimale. La recherche du bien-être au travail sera une des priorités du CPAS.

Enfin, cette politique d’action sociale a bien évidemment un impact budgétaire et induit une gestion financière rigoureuse. Elle nécessitera la mise en place d’une analyse financière par mission et l’établissement de comptes prévisionnels pluriannuels.

Le CPAS au cœur du dispositif d’aide et d’action sociale

En ces temps de crise économique, l’action sociale reste une priorité absolue.

Une politique active de (ré)insertion sociale sera opérée afin de permettre au bénéficiaire de l’aide sociale, de (re)trouver sa place dans la vie sociale et professionnelle. Les actions menées seront adaptées à chaque situation. Nous ferons appel aux divers partenaires existant sur notre entité et nous développerons une politique globale de formation en synergie avec nos partenaires, tels que l’ADL, les EFT. Le tout sera concrétisé dans un PST (Plan Stratégique Transversal).

Le CPAS est au cœur des politiques à mettre en œuvre en la matière. Il dispose des leviers de la politique sociale. Il tentera d’être le plus efficace possible sur le terrain, tout en tenant compte des contraintes budgétaires. A cet effet, même si l’ensemble des services en place ont leur utilité, si nécessaire, un recentrage sur les missions principales sera opéré.  C’est ainsi que certaines missions actuellement accomplies par le CPAS, pourraient être confiées à d’autres partenaires afin de mieux se concentrer sur la mission principale qui est l’aide aux personnes en difficultés.

A cet égard, il s’agira de continuer, voire de développer, le travail déjà mis en place pendant la législature précédente, qui, rappelons-le, vise à permettre à toute personne et à toute famille de vivre dans des conditions respectueuses de la dignité humaine, conformément à l’article 1er de la loi organique.

Le CPAS continuera a mettre à la disposition des usagers, les services tels que diverses guidances financière, énergétique, … ainsi que la médiation de dettes, et autres services tels que la permanence juridique, … . Durant cette mandature, il s’agira de développer encore plus l’aide au travers du concept d’accompagnateur pour personnes en difficulté, notamment par le développement, via divers partenariats, de programmes de réinsertion socio-professionnelle.

Nous serons attentifs à informer le public sur des services que le CPAS propose et ce notamment par le biais du site du CPAS, par le périodique « La Passerelle » diffusé par la Commune et par tous les moyens de communication adéquats.

Une attention particulière sera réservée aux personnes âgées à faible revenu et/ou victimes d’un handicap ou d’une maladie. Une des missions de base du CPAS sera le maintien à domicile les aînés. Pour ce, nous veillerons à ce que ceux-ci puissent continuer à bénéficier des services de distribution de repas, des services d’aide ménagère et de dépannage à domicile et de la mise en œuvre de toute aide appropriée. Ces divers services seront développés, soit en interne, soit par la recherche de partenaires, dans une perspective de rapport qualité/prix abordable.

L’aide et l’encadrement des personnes, en particulier le public fragilisé, dans les démarches administratives seront renforcés afin de mieux leur permettre de préserver leurs droits.

En matière de logement public, les projets mis en place seront finalisés. L’opportunités d’accroître le parc de logement public intergénérationnel devra cependant faire l’objet de concertation ainsi que d’une étude sur son impact budgétaire avant toute décision.

Par ailleurs nous développerons une synergie accrue avec les autres opérateurs de logements publics tels que AIS, associations, sociétés de logements et investisseurs privés. Néanmoins, la préoccupation de disposer d’une manière ou d’une autre de logements afin de permettre aux familles dans le besoin de se loger correctement et sainement dans des bâtiments bien isolés et en déboursant un loyer en rapport avec leurs revenus, sera poursuivie.

L’accueil et la gestion des ILA sera poursuivi et ce conformément aux dispositions légales.

La promotion et le développement de projets d’économie sociale ouvriront une opportunité de mettre en place l’exploitation des ressources déjà existantes.

Au niveau des crèches, les efforts entrepris pendant la précédente législature seront poursuivis notamment dans le cadre de la création d’une nouvelle crèche sur l’ancien site dit « Brichart » à Walcourt et le transfert de la MCAE (Maison Communale d’accueil de l’enfance) actuelle de Walcourt vers Thy-le-Château.

Une synergie sera mise en place avec les divers services, l’ONE et tous les acteurs œuvrant dans la petite enfance. Il convient que tous les acteurs œuvrant dans ce secteur d’activité soient parfaitement identifiés.

D’une manière générale, nous développerons au maximum les synergies possibles avec la commune et les autres partenaires que nous côtoyons.

S’agissant des bénéficiaires de l’action sociale, l’objectif sera de les responsabiliser, de leur demander de faire preuve de bonne volonté et de s’investir pour tenter de sortir de leurs difficultés existentielles. Ce n’est qu’en les aidant à s’émanciper de l’aide sociale, que nous pourrons remplir pleinement notre rôle.

Toutes ces actions nécessitent, d’une part, un travail important des travailleurs du CPAS, mais aussi d’autre part un investissement des bénéficiaires sociaux dans ces démarches proactives, notamment par la mise en place d’une pédagogie adaptée.

Des procédures d’analyse des dossiers seront mises en place afin de mieux objectiver les décisions prises et d’en assurer un meilleur suivi, le tout notamment dans un souci d’équité plus grande dans le traitement des aides individuelles.

Quant au personnel du CPAS qui doit faire face à une charge de travail toujours plus importante, les effectifs doivent être maintenus et si nécessaire être étayés afin de permettre à chacun de remplir sa mission de manière optimale. La recherche du bien-être au travail sera une des priorités du CPAS.

Enfin, cette politique d’action sociale a bien évidemment un impact budgétaire et induit une gestion financière rigoureuse. Elle nécessitera la mise en place d’une analyse financière par mission et l’établissement de comptes prévisionnels pluriannuels.

Les commentaires sont clos.